Petit Patrimoine

Le territoire de Passy, du fait de sa taille très étendue (près de 8000 hectares), est parsemé de nombreux hameaux qui témoignent de la vie d’autrefois, un « petit patrimoine » dans le sens où il n’est pas protégé au titre des monuments historiques… et pourtant !

Les maisons fortes
De l’époque moyenâgeuse, Passy a gardé des bâtisses massives, appelées « maisons fortes » (La Frasse, Dingy, Lucinges, La Pérouse, ainsi que les tours de Chedde, Loisin et Boussaz).

Habitat traditionnel
On remarquera l’habitat des XVIIIe et XIXe siècles, basé sur le cycle des ‹‹ remues ›› et caractérisé par son adaptation à la pente, un soubassement de pierre en partie enterré, des logements en maçonnerie et l’immense grange en bois trouée de motifs variés et bardée de galeries étagées. Le cas des granges de la plaine sont un cas unique au pays du Mont-Blanc.
Tout autour de ces maisons, les aménagements liés aux activités agropastorales : greniers, ruchers, hangars, fours à pain, bassins de calcaire, de granit ou de bois. Enfin, jusqu’à un étage élevé du coteau, grâce à un extraordinaire ensoleillement, des vignes et des arbres fruitiers.

Habitat moderne
Au XXe siècle, cet habitat traditionnel va laisser place à un style résolument moderne inspiré du « chalet skieur » de l’architecte mégevan, Henry Jacques Le Même, ou à des immeubles standardisés et fonctionnels avec une toiture à un seul pan.

Les chapelles de hameau
Au cœur des hameaux, des chapelles baroques (XVIIe siècle) qu’entretiennent avec efficacité les associations locales : Bay (dédiée à St François de Sales, St Symphorien, St Félix et St Grat), Maffray (St Joseph et St Guérin), Joux (La Sainte Croix, St Roch et Ste Agathe) et La Motte (St Bernard, St Michel et St Clair). La chapelle de Bay possède un beau retable en bois doré polychrome , une toile du Couronnement de la Vierge et un charmant décor mural, visible l’été depuis l’extérieur à travers une grille ouvragée en fer forgé.
Le long des routes et des chemins, des oratoires et des croix qui témoignent d’une profonde foi populaire.

Les écoles
Du côté de l’enseignement, une dizaine d’écoles jalonnent les routes de la commune :

  • Les petites écoles du XIXe siècle, à Chedde, Joux, La Motte et Maffrey, qui ont fonctionné grâce au legs de la fondation Pierre Bosson (1737-1822). Leurs clochetons inattendus s’expliquent, pour les trois dernières, par une installation dans les anciennes chapelles.
  • Les écoles de Bay, des Plagnes et des Ruttets, fondées par des « propriétaires intéressés ».
  • Le groupe scolaire de Chedde-le-haut, bâti en 1910, marque sa différence avec un beffroi équipé d’une horloge… mais à nouveau couronné d’un clocher.
  • Les écoles du XXe siècle, à Chedde-Centre (années 1930), au Plateau d’Assy, à Chedde-Faubourg et à Marlioz (architecte Henry-Jacques Le Même).

Les autres patrimoines
D’autres patrimoines émergents doivent retenir notre attention : les traces industrielles (Chedde), les ouvrages civils (viaduc des Égratz), les cimetières sans compter les nouveaux édifices contemporains (l’école du chef-lieu et le Parvis des Fiz).

Les paysages
Les paysages et les points de vue sont mis en valeur par des tables d’orientation qui permettent une lecture exhaustive des montagnes alentours (Plaine-Joux, le parking du Parchet, entre Bay et le Coudray, avec une œuvre signée Vincent Cordier).